Posts à l'affiche

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Posts Récents

Des semelles de crêpes aux stilettos...

16 May 2019

 Autre époque que ces années cinquante où même les petites filles se devaient de porter le deuil lors du décès d'un proche. J’ai raconté dans mon billet « paletot gris, paletot bleu », l'histoire de la confection de nos paletots gris pour cause de deuil, et comme si cela ne suffisait pas, la maman en rajouta à la tristesse de notre mise en estimant que le brun rouge de nos souliers était inapproprié et qu'elle devait les teindre en noir. Elle fit du mieux qu'elle put avec une teinture achetée chez le droguiste du bourg voisin, mais, hélas, le résultat ne fut pas à la hauteur de ses espérances ; certes l'on voyait bien un peu de noir, mais le brun rouge ressortait par endroit, ce qui était du plus mauvais effet. On peut remarquer que j'emploie le mot soulier et non chaussure, car, à cette époque, nous ne voyions ce mot que dans les réclames et les catalogues, mais peut-être était-ce parce que nous étions des péquenaudes et qu'à la ville on parlait de chaussures. 

Aujourd'hui, je trouve paradoxal, que, lorsque l'on achète des chaussures à un prix normal on emploie le mot chaussure et que, par contre, pour se démarquer du tout-venant, les marques de luxe parlent de souliers.

 

N'allez surtout pas parler de chaussures pour ces échasses à semelles rouges, certes très belles mais avec lesquelles je serais incapable de marcher, ce sont des souliers. Pourtant, l'avantage du port des talons aiguilles est incontestable –zut, je suis une attardée, de nos jours on parle de stilettos !-, donc, les stilettos font le pied menu, allongent les jambes, rendent la silhouette très élégante, bref, ils ont tout pour plaire…

Et pourtant, moi dont les jambes auraient grand besoin d'être allongées mais qui privilégie le confort, je me refuse à acheter la moindre paire de talons hauts, même à un prix normal. Quand on emploie encore le mot « chaussures », je ne porte que des modèles confortables, me laissant les pieds au large et bien à plat. 

 

On sait que je termine souvent mes textes par un petit poème, mais là quand même, je ne vais pas oser en faire un sur cette pièce d'habillement ! Ah, oui, je n'oserais pas ? ! Pourquoi donc ?

 

 

Nous avions peu de souliers

Le dimanche et la semaine

En deuil jusque dans les pieds !

Vous parlez d'un phénomène

 

D'épaisses semelles de crêpes

Pour durer beaucoup de temps

Maman, pas folle la guêpe

Trouvait nos souliers seyants

 

Peut-être que des ballerines

C'est bien plus beau, dis maman

des gros souliers de gamine

Ce n'est que désagrément

 

Mais un jour nous serons grandes

Viendront les talons aiguilles

Il faudra que j'en commande

Je serai si belle fille

 

L'eau a coulé sous les ponts

Et pas la moindre photo

En chaussures à aiguillons

Devenues des stilettos

 

Les chaussures c'est pour marcher

Et n'être pas va-nu-pieds

Pas question de parader

En montrant son coup de pied

 

 

Please reload

October 11, 2019

September 16, 2019

September 4, 2019

June 24, 2019

Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now