Posts à l'affiche

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Posts Récents

Le pétard

10 Dec 2018

 

En un quart de siècle de douleurs chroniques, j'ai testé tout ce qui se fait en matière de médicaments dans le but de soulager la douleur. Pourtant après un an d'échecs les médecins frappèrent très fort, ils décidèrent de m'hospitaliser neuf jours pour des perfusions d'Anafranil, mais hélas, si ce traitement me conduisit dans un état très « vasouillard », il ne diminua en rien mon niveau de douleur, le fait de le continuer ensuite chez moi sous forme de comprimés n'arrangea rien non plus ! Certains antidépresseurs étant connus pour agir sur des douleurs de ce type, la liste de ceux testés, que je tenais soigneusement, s'allongea au fil des années, je la présentais à chaque nouveau médecin, de centre anti douleur ou autre, tant et si bien qu'alors que je demandais à l'un d'eux de me prescrire autre chose, il m'a répondu : « que voulez-vous que je vous prescrive, vous avez eu tout le Vidal ! » Je précise que même les anti-douleurs puissants, tel les opiacées, ne réussissent pas à déloger ne serait-ce qu'une heure la récalcitrante pourrisseuse de vie.  

Toutes les pistes étant bonnes à explorer, j'ai décidé de tester celle du cannabis, car, c'est bien connu, il peut agir positivement sur certaines douleurs. Mais, voilà, une petite dame de 70 ans est rarement au courant des filières pour se procurer ce produit illicite. Heureusement, j'ai des copines, l'une d'elle a demandé à son fils, je précise, consommateur modéré, de me faire tester cet objet de ma convoitise.

 

Appelons ce garçon Maxime, ce n'est pas son vrai prénom, mais, je fais comme dans les reportages, j'utilise un pseudo.

Donc Maxime arriva chez moi avec ce produit à but thérapeutique, disons qu'il arriva avec le joint qu'il avait roulé à mon intention.

Nous vîmes d'emblée un problème dans le fait que je n'avais jamais fumé et que j'étais incapable d'avaler la fumée. Maxime faisait de son mieux : « tu aspires comme si tu étais surprise, il faut que la fumée entre »… ce qui était plus facile à dire qu'à faire ! Car, à chaque bouffée que je tentais d'aspirer, je toussais comme une poitrinaire !

Je réussis néanmoins à aspirer un petit peu de mon « traitement », car je me sentis légèrement dans le potage ! Mais hélas, la douleur était toujours là, comme d'habitude !

Ai-je au moins eu un moment de pur bonheur ? Même pas, n'ayant réussi qu'à aspirer un peu de fumée, l'effet se dissipa très rapidement et je jurais que l'on ne me reprendrait plus à enfreindre la loi, ce que je n'avais jamais fait de ma vie.

 

 

Please reload

October 11, 2019

September 16, 2019

September 4, 2019

June 24, 2019

Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now