Posts à l'affiche

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Posts Récents

La cueillette miraculeuse

29 Nov 2018

 

La lumière du jour se faisait plus chiche, les rares feuilles encore dans les arbres s'apprêtaient à rejoindre leurs semblables, les mélancoliques chroniques sentaient leur cœur gagné par la désespérance. Bref, en cette belle journée de 1960, c’était l'automne, ses feuilles pourpres, ses feuilles brunes et autres attributs si souvent vantés par les poètes.

 

Les champignons pointaient leurs chapeaux dans les prés et les bois où les amateurs venaient les cueillir, la plupart se contentaient d'espèces connues, cèpes, chanterelles, rosés des prés, et ne jetaient qu'un regard dédaigneux aux champignons multicolores pourtant très nombreux. Mais, cette année-là, se trouvait dans notre pensionnat une jeune religieuse élève de l'école de monitrice, qui, dans son Jura natal avait acquis de grandes connaissances en mycologie, et il avait été décidé qu'elle emmènerait les pensionnaires pour une cueillette sous sa supervision, Le pensionnat ne disposait que de peu de paniers, alors les sœurs s'étaient procurées chez le primeur voisin de hautes cagettes que l'on ne trouve plus, les mussys.

 Nous étions très contentes de cueillir tant de champignons, des jaunes, des oranges, des violets, nous demandions à l'experte son éminent avis, et c'était une joie de poser dans le mussy ces champignons ignorés par nos parents.

La cueillette fut incroyablement abondante, à nos yeux un vrai miracle ! Nous portâmes nos cagettes à l'entrée de la cuisine et, le lendemain, les sœurs cuisinières s'employèrent à nous préparer des platées de champignons. Je dois reconnaître que certains, par leur viscosité ou leur fadeur ne valaient pas les cèpes, les chanterelles, les mousserons ou rosés que nous connaissions, mais nous eûmes néanmoins un certain bonheur à déguster le fruit de notre cueillette miraculeuse, je précise qu'aucune des élèves n'eut le moindre embarras gastrique.

 

Où l'on voit que c'était une autre époque, c'est qu'aujourd'hui, aucun directeur d'établissement, ne prendrait le risque d'envoyer les élèves cueillir des champignons bizarres, même sous la houlette d'une experte. En 1960, il n'était pas venu à l'idée des sœurs qu'elles couraient le risque d'un empoisonnement collectif, pas plus que celle qui aurait pu les conduire à craindre de la part des parents, une accusation de travail dissimulé effectué par leur progéniture !  Que les enfants cueillent eux même leur nourriture, pas sûr que ce soit encore permis !

 

 

 

Please reload

October 11, 2019

September 16, 2019

September 4, 2019

June 24, 2019

Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now