Posts à l'affiche

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Posts Récents

Le mastrou

7 Aug 2018

 

 

 

C'était pitié de nous voir pauvrettes, trimballer notre lourde valise sur le trajet d'un kilomètre nous conduisant à la gare, lors de notre départ pour le pensionnat. En ce temps-là, il ne venait pas à l'idée des parents de conduire leurs enfants pour une distance pouvant se parcourir à pied, la 4 CV restait au garage.

 Bien que partant pour un mois et demi, notre garde-robe était très maigre, mais nous devions porter nos draps, qui, à eux seuls, pesaient disons un certain poids !

Quelle expédition ! Sans quitter l'Ardèche, il nous faudrait plus de temps qu'il n'en faut aujourd'hui pour parcourir un Paris Marseille. !

Rien à dire sur le train qui nous conduisant jusqu'à Tournon, distant de trente kilomètres, il roulait à vitesse normale, mais pour le trajet Tournon Le Cheylard, une cinquantaine de kilomètres, deux heures seraient nécessaires ! Nous devions emprunter un tortillard, le Mastrou ; il s'agissait d'une de ces michelines rouge et jaune, courantes à l'époque, mais celle-ci était plus étroite que celles roulant sur les lignes nationales.

Certes, nous traversions des paysages magnifiques, mais, pour des adolescentes, le fait d'être secouées dans cette micheline bringuebalante l'emportait sur la vision de toute cette beauté.

Quand le retour au pensionnat coïncidait avec le jour du marché de Lamastre, il montait dans le wagon des fermières encombrées de leurs paniers de victuailles qu'elles allaient vendre. Après ce long périple nous arrivions enfin au Cheylard, où nous devions encore parcourir une bonne distance pour entrer au pensionnat.

C'était autour de 1960, les Ardéchois savaient que les jours du Mastrou étaient comptés, et ils en avaient détourné le sigle CFD, Chemin de Fer Départementaux, en Compagnie Foutue D'avance !

 

A la fin des années soixante, ce service s'arrêta, aujourd'hui des amoureux de la ligne la font revivre en été, sur le trajet St Jean de Muzols-Lamastre, mais, la micheline est remplacée par une locomotive à vapeur et des wagons beaucoup plus anciens.

 

 

 

Tout au fond de la vallée

Surplombée par les rochers

Se faufilait le Mastrou

D'où l'on admirait le Doux

 

Les fermières et leurs paniers

Oeufs, fromages et poulets

Se rendaient sur le marché

Pour quelques sous y gagner

 

Quant à nous, les écolières

Sur le chemin des Boutières

Nous trouvions le temps bien long

L'estomac dans les talons

 

Le cœur au bord des lèvres

Tout en regardant les chèvres

Qui broutaient sur les coteaux

Leur festin de végétaux

 

Tout branlant le tortillard

Nous conduisait au Cheylard

Sur le chemin du couvent

Le temps du soulagement

 

Malgré la lourde valise

Avant que ne fut de mise

Après de longues semaines

Le retour dans « nos domaines »

 

Parfois dans le TGV

Il me vient une pensée

Pour le Mastrou d'autrefois

D'il y a trois mille mois

 

 

 

 

Please reload

October 11, 2019

September 16, 2019

September 4, 2019

June 24, 2019

Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now