Posts à l'affiche

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Posts Récents

A la recherche de la minceur : une vie de régime

17 Apr 2018

Il ne m’a pas été donné par la nature, pas plus qu'à mes deux sœurs, le privilège de rester mince sans effort et notre mère avait une expression pour imager cette propension à prendre du poids : « on est des bonnes bêtes ».  Elle voulait dire par là que, pour un paysan, le fait qu'une vache prenne du poids sans absorber exagérément de la nourriture était un précieux atout. Mais nous, cette particularité nous désolait, notre idéal aurait été de pouvoir manger copieusement sans que cela ne se traduise par une prise de poids.

 

Je pris vraiment conscience de cet inconvénient l’été de mes seize ans, lorsque notre oncle et notre tante pâtissiers en Normandie, louèrent un meublé à Trouville et nous engagèrent ma sœur de 20 ans et moi pour assurer la garde de nos deux cousins âgés respectivement de 11 et 10 ans. La boulangerie étant à coté, tous les matins nous allions acheter des baguettes, or, nous, du pain frais le matin, nous n’en avions jamais mangé, notre petit village n’avait pas de boulangerie, un boulanger faisait sa tournée en fin de matinée, et, de ce fait, nous ne mangions que du pain rassis.

Quelle merveille ce pain frais tartiné de beurre, moelleux, croustillant, un vrai bonheur, c’était si bon, que je mangeais une baguette entière ! Et ceci tous les jours pendant le mois que dura notre séjour et, après un mois de baguettes fraîches, je fus bien obligé de constater que j’avais du mal à fermer mes deux jupes ! 

 

Je n’étais pas grosse, juste un peu potelée, je m’en accommodais plutôt pas trop mal, jusqu’à mes 20 ans où je décidai de perdre 5 ou 6 kilos. Et ce fut le début d’une vie passée à faire des régimes, prendre du poids, devoir en perdre, ce fut ma croix !

Les magazines, ayant très bien capté que beaucoup de personnes se trouvaient dans mon cas, sortaient, surtout au printemps, des régimes, tous plus nouveaux et extraordinaires les uns que les autres.

J’aimerais bien que celles qui n’en ont jamais testé lève le doigt ! Cela dit, je connais quelques privilégiées qui peuvent manger pas mal, sans prendre un gramme. 

 Et, bien sûr, me vint aux oreilles une méthode très efficace (sic) : les pilules coupe faim ; c’était magique, on en avalait une et on n'avait plus la moindre faim. Je me rendis dare-dare, chez le médecin, dont par la copine d’une copine j’avais eu l’adresse. Le praticien rédigeait une ordonnance, où figurait en latin des noms de plantes, seulement une plante ça ne coupe pas vraiment la faim, alors au milieu on pouvait lire un nom savant…

 

 

On n’avait pas Google pour nous renseigner, mais nous finîmes par savoir, qu'en fait, on avalait des amphétamines...

Heureusement pour moi, je n'ai que très peu avalé de ces pilules magiques, certes pour couper l'appétit on n’a jamais trouvé mieux, mais pour saboter le sommeil aussi.

Cette course à la minceur n’a pas disparue avec les années puisque je continue à être une obsédée de la balance, mais en cela, je pense être en bonne compagnie !

 

 

 

 

 

                                              

Please reload

October 11, 2019

September 16, 2019

September 4, 2019

June 24, 2019

Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now