Posts à l'affiche

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Posts Récents

La cuite de mes 3 ans (*)

27 Mar 2018

 

C’était à peu près l’année de mes trois ans, nous étions réunis chez pépé et mémé, il y avait tonton Georges et tante Simone et les cousins de Lyon, la tante Jeanne  sa fille, son gendre, son petits-fils… La tante Jeanne avait fait un beau mariage à Lyon, et, marraine de tonton Georges,  elle lui avait offert de beaux jouets inaccessibles à des petits paysans. 

Mais tante Jeanne a eu des revers de fortune et il n’est plus rien resté de la richesse familiale. Plus tard, sa fille et son gendre ont dû quitter le bel appartement du quai Gailleton pour atterrir dans le logement de fonction procuré par un emploi de gardien de lycée. La femme du fils de tante Jeanne était une belle fille et avait été élus miss St Agrève. C’est quoi St Agrève, ben pardi, une ville de l’Ardèche !

Pour clore le repas, on avait sorti la gnôle, un tord-boyaux qui devait avoisiner les 50°. Cette gnôle provenait de l’alambic local, à l’époque, et grâce au privilège des bouilleurs de cru, il y avait de la gnôle dans toutes les fermes. Ce jour-là, bien sûr, à la fin du repas elle arriva sur la table dans une bouteille d’eau minérale, et comme j’avais soif, mon père, pensant qu’il s’agissait d’eau m’en a versé un verre. Un verre plein, ou rempli à moitié, je ne sais pas, mais un enfant normalement constitué se serait étouffé dès la première rasade. Moi pas. J’ai fait cul sec comme s’il s’agissait d’eau, et en moins de deux, j’étais ivre morte !! Aujourd’hui ce serait direction les urgences, moi on m’a allongée et laisser cuver ma gnôle tranquillement.

 

Dans la famille de tante Jeanne il y avait un appareil photo ; on prenait peu de photos à l’époque et il fallait bien tout de même que je sois sur le cliché de groupe… ce qui fait que j’ai en ma possession la photo d’une gamine ivre morte, et comme je ne tenais pas debout, ma mère me soutenait sous les bras et vu l’incapacité dans laquelle je me trouvais de tenir mes jambes parallèles en position debout, elles sont  molles et croisées !

70 ans ou presque ont passé et j’ai toujours le gosier très droit, c’est à dire une bonne descente. Les grandes occasions où je bois du vin -je précise- les rares fois, parce que l’on pourrait croire que je me biture tous les jours, donc, quand ça arrive, je bois le vin trop vite, mais ça c’est le point de vue de mon fils parce que, franchement, où est le problème du moment que c’est dans mon gosier que le vin descend !

 

 

 

 

Pour atténuer le mauvais effet produit par cette révélation, je précise que je descends, aussi, à grande vitesse la bouteille d’eau que je trimballe partout.

Et oui, j’ai toujours été soiffarde !

 

 

 

 

 

 

 

 

(*)  Je rappelle à mes lecteurs que l’alcool est dangereux pour la santé et à consommer avec modération et qu'il est interdit d'en donner aux enfants.  Merci.

 

Please reload

October 11, 2019

September 16, 2019

September 4, 2019

June 24, 2019

Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now